Biosécurité et technique du laboratoire P3/P4

Avec le laboratoire de biosécurité, la Suisse s'est dotée d’un complexe équipé pour la manipulation sécurisée d’agents pathogènes pour l’homme appartenant aux groupes de risque 3 et 4. La sécurité s’y voit accorder une priorité absolue:

  • les humains et l’environnement doivent être protégés contre toute dissémination involontaire de micro-organismes
  • le personnel du laboratoire doit pouvoir se protéger contre les infections.

En vue de garantir ce niveau de protection, les risques potentiels sont analysés de manière très précise. Ces analyses de risques servent de base à la planification des mesures de construction ainsi qu’à la définition des procédures, pratiques et équipements de sécurité nécessaires.

Tâches

Il revient au domaine de la biosécurité d’assurer:

  • la biosécurité
  • la sécurité technique
  • la formation.

Biosécurité

L’OMS définit la biosécurité comme l’ensemble des mesures, technologies et pratiques visant à prévenir et à contrer les dangers liés à une exposition des êtres humains et de l’environnement à des organismes pathogènes ou toxines ou à une dissémination involontaire de tels organismes (« sûreté biologique »). Cette notion s’applique également aux mesures visant à prévenir les risques d’usage abusif ou de vol du bien précieux que représente le matériel biologique (« sécurité biologique »). D'une manière générale, on fait la distinction entre barrières primaires et barrières secondaires. Les mesures de sécurité primaires englobent essentiellement les aspects opérationnels et l’équipement de protection personnel. Les prescriptions de travail indiquent comment il faut utiliser le matériel biologique et travailler sur ce matériel, et au moyen de quels appareils. La formation du personnel et le contrôle permanent des méthodes de travail jouent dans ce domaine un rôle important. Les installations techniques et les mesures de construction constituent ensemble la barrière secondaire.

Sécurité technique

Les installations techniques et leur maintenance font partie intégrante de la sécurité au laboratoire. Le laboratoire de biosécurité est conçu de manière à ce que la pression statique diminue à mesure qu’augmente la dangerosité de la source. Cette mesure permet la circulation de l’air de l’extérieur vers l’intérieur et garantit, même en cas d'anomalie, la sécurité des personnes et de l’environnement. Toutes les installations techniques, comme les systèmes d’apport et d’évacuation d’air ou d’eau, l’électricité, etc., sont prévues de manière redondante afin de permettre en continu une exploitation sûre et sans faille. Un vaste système de régulation contrôle l’ensemble de l’installation et coordonne les paramètres des locaux et l’alimentation en eau, air et gaz. Tout ce qui quitte le laboratoire de biosécurité (de l’air évacué aux eaux usées en passant par les échantillons) est préalablement décontaminé ou inactivé.

Formation

La formation au laboratoire de biosécurité est destinée à trois groupes cibles:

  • formation du personnel du laboratoire, afin que la sécurité au laboratoire de biosécurité soit garantie en tout temps
  • formation des militaires, afin que ceux-ci puissent effectuer leur mission en toute sécurité
  • formation de spécialistes nationaux et internationaux au niveau de sécurité maximal.

Le Laboratoire Spiez prévoit de mettre en place un centre de compétences international dans le domaine de la biosécurité au niveau de sécurité maximal. Avec le laboratoire de biosécurité, le Laboratoire Spiez peut offrir des programmes de formation permettant aux participants de s’entraîner en conditions réelles – mais sans danger – aux tâches relevant du niveau de biosécurité maximal. Un laboratoire factice est à disposition pour la formation, dans lequel aucun agent hautement infectieux n’est utilisé.

Responsable:

Dr. Benjamin Weber

Collaborateurs:

Stefan Breitenbaumer
Beat Lörtscher
Dr. Daniel Zysset


Vers le haut